skip to Main Content

Lac des Quatre-Cantons en automne

Récit de voyage du 7 au 9 septembre 2021

recommander / partager

Récit de notre guide:

Snaterse-Janny-DSC_2194

Janny Snaterser

plusieurs informations

Comment es-tu devenue guide?

Toute petite déjà, je partais en vacances avec mes parents à l’étranger et ils m’ont donné le goût de bouger et de savoir plus. J’écoutais (en secret) la radio jusqu’au tard le soir, des émissions dans des autres langues qui m’ont donné l’envie de les apprendre et de les comprendre.

Quelles qualités faut-il avoir pour devenir guide professionnel ?

Le plaisir chaque fois de pouvoir partir avec les gens, de voir qu’ils sont contents et heureux et qu’ils s’amusent.

En tant que guide, quelles sont tes destinations préférées?

Je les aime tous mais j’ai dans mon cœur une grande place pour l’Italie car j’ai y travaillé longtemps. Mais quand je suis en Ecosse, ma passion se focalise de suite sur ces paysages sauvages.

Lac des Quatre – Cantons en automne

Durant l’année 2020, nous n’avons pas eu l’occasion de voyager en car à l’étranger. Mais Cartours a su immédiatement s’adapter à la situation avec des séjours et visites dans notre pays. La Suisse est une petite contrée mais l’offre des paysages, de la culture et de l’histoire, est immense ! Souvent on passe à côté de ce qui existe près de chez nous.

Ainsi commence, ce mardi matin 7 septembre à Sion, notre visite de trois jours au centre de la Suisse avec un petit groupe très sympathique de 22 personnes.

La Suisse centrale, aussi verte que montagneuse, incarne l’âme du pays. C’est là où fut signé en 1291 le pacte fondateur de la Confédération helvétique. Et c’est à Altdorf, dans le canton d’Uri, où nous admirons le monument de Guillaume Tell, notre héros national.

Le lac des 4 cantons est formé par des glaciers et enclavé entre les montagnes avec des parois de 500 mètres qui tombent dans le lac. Les points de vue spectaculaires sont nombreux, atteignables en bateau, en trains à crémaillères, avec des remontées mécaniques à toit ouvert, et au moyen d’un ascenseur très rapide !

Surtout depuis le Rigi, la reine des montagnes à 1797 mètres d’altitude, le panorama de 360 degrés est époustouflant. A nos pieds, le lac des 4 cantons s’étire au creux de ces montagnes. Elle est la montagne la plus mythique de la région parce qu’elle a ouvert la voie au tourisme alpin ! C’est Nicolas Riggenbach qui fut le premier en Europe à construire un train à crémaillère. Le train du Rigi fête cette année son 150e anniversaire ! Le soleil nous accompagne toute la journée. 120 km de sentiers attendent les randonneurs sur le Rigi. Depuis Vitznau, nous avons entrepris la montée avec le petit train rouge pour redescendre quelques heures plus tard vers Arth-Goldau, de l’autre côté, au moyen du train bleu. La région de Rigi est grande et variée.

La ville de Lucerne, connue pour son architecture médiévale très bien préservée, se trouve au milieu des montagnes enneigées sur le lac des Quatre-Cantons. Sa vieille ville colorée (Altstadt) est bordée au nord par le Museggmauer, un rempart de 870 mètres de long datant du XIVe siècle. Le pont Kapellbrücke (pont de la Chapelle), construit en 1333, relie l’Aldstadt à la rive droite de la rivière Reuss, devenu indissociable de l’image de la cité.

On oublie qu’en 1993, une grande partie a été détruite par le feu (reconstruit depuis). Le succès des balades sur ce pont médiéval, décoré par des belles fleurs, est garanti.

Tout près du pont, on entre dans l’église des Jésuites. Éclatant de beauté et reconnaissable de loin, cet édifice est un plaisir pour les yeux qui est le premier grand monument sacré de style baroque en Suisse, inauguré en 1677.

On continue notre visite guidée de la vieille ville avec Eva qui nous montre aussi « Le pont de la Danse des Morts (Spreuerbrücke) » et « le Pont des Moulins ». Un magnifique château blanc sur une colline (dont les Américains se demandent si c’était le palais du roi suisse) attire notre attention. C’est l’Hôtel Gütsch dont les architectes ont été inspirés par la construction du fameux palais Neuschwanstein en Bavière.

C’est le moment où l’on commence à avoir envie de s’arrêter. Les bistrots et restaurants au bord de l’Aar, dans la vieille ville, ne manquent pas. Puis il nous reste encore assez de temps de continuer notre visite libre : Le Monument du Lion (Mark Twain, un écrivain américain réputé, le qualifia de « morceau de pierre le plus triste et le plus bouleversant du monde » – Le Jardin des GlaciersLe Panorama Bourbaki ou encore la Collection de Rosengart. Pour visiter le musée des transports, il faut compter une journée entière et donc revenir à une autre occasion.

Notre bon hôtel ne se trouve pas loin et à 30 de minutes de Lucerne en passant par Hergiswil (où se trouve la plus ancienne verrerie de Suisse). On arrive à Sarnen, au bord du lac éponyme, le pays de Nicolas de Flue qui est né non loin, à Sachseln.

Un séjour sans promenade en bateau, sur le Lac des 4 cantons, n’est pas complet. A Beckenried, on s’embarque sur le navire. Durant 1 h 47, nous découvrons des paysages sous un autre angle et on se laisse doucement porter pour arriver à Lucerne. Ici nous avons encore 2 heures pour manger ou se promener avant de rentrer chez nous.

Le voyage arrive à son terme. On comprend mieux aujourd’hui les raisons qui ont incité le peintre anglais William Turner à réaliser plusieurs tableaux sur le thème du lac et la Chapelle Tell.

Et lorsqu’on écoute l’ouverture de l’opéra Guillaume Tell de Rossini, on se rappelle alors notre petit séjour sympa de « là–bas ».

Pour conclure, j’adresse mes grands remerciements à tous les participants et ainsi qu’à Jean-Bernard (JB), notre chauffeur !

Avec plaisir et à une prochaine fois !

 

Janny

Back To Top