skip to Main Content

Mon cœur bat pour l’Italie

Christine Oberholzer a été guide touristique aux quatre coins du monde. Que ce soit au Cap Nord ou en Amérique du Sud, elle aime la diversité de son métier et les rencontres passionnantes. Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, ce sont les voyages en car en Italie.

Voyager, c’est comme se plonger dans un livre captivant ou écouter de la musique – c’est synonyme de belles images et de belles rencontres, mais cela favorise aussi une meilleure compréhension des autres peuples et cultures. En discutant avec Christine Oberholzer, on constate immédiatement qu’elle est épanouie dans son métier de guide et qu’elle l’exerce avec le même enthousiasme depuis trente ans. Si elle adorait partir 14 ou 21 jours autour du monde, elle apprécie aussi désormais, entre deux voyages, les moments passés chez soi, en famille ou entre amis. « La poursuite de ma carrière chez car-tours, il y a dix ans, fut donc un changement idéal », explique la guide qui réside au bord du lac de Zurich. Chez car-tours, tout est très familial, on se connaît et se soutient mutuellement, et la coopération avec le bureau, les chauffeurs et les guides locaux est excellente et toujours enrichissante.

 

Sympathie et climat de confiance
Christine Oberholzer accompagne en principe un circuit car-tours par mois. Il s’agit le plus souvent d’escapades de plusieurs jours en car, mais des voyages en train, en bateau et en avion ont été ajoutés ces dernières années, ce qui rend le travail très varié. Pour Christine Oberholzer, la préparation d’un voyage débute à la maison. Et depuis toujours, ce sont les mêmes fourmillements d’anticipation qu’elle ressent dès qu’elle reçoit les documents de voyage, avec l’envie de boucler sa valise sur le champ. « Je prends ensuite le temps d’étudier le programme en détail, de me documenter sur la destination et de vérifier si des événements/manifestations spécifiques ont lieu durant notre séjour ». C’est la beauté des voyages car-tours – les guides peuvent aussi ajouter leur touche personnelle si le programme le permet. Selon Christine Oberholzer, une bonne préparation est essentielle pour créer un climat de confiance et éveiller la sympathie des clients dès le départ.

 

De nouvelles amitiés en cours de route
« Mon travail consiste à montrer la beauté d’une destination, susciter l’enthousiasme des clients, leur communiquer détails et anecdotes intéressants et, bien sûr, créer du lien et de la bonne humeur. C’est comme dans le show-business, quand on est sur scène, il n’y a pas de place pour la faiblesse ou la mauvaise humeur. Tout au long du voyage, on côtoie des clients très sympathiques, dont beaucoup d’habitués, qui apprécient les offres car-tours. Il est même arrivé à Christine Oberholzer d’accompagner un groupe constitué exclusivement de visages familiers à l’exception de quatre participants. Ce qui était évidemment très drôle lors de l’accueil des passagers. « La plupart du temps, après quelques heures ensemble, nous sommes déjà comme une grande famille, nous nous tutoyons, partageons de grandes tablées durant le repas, occasion d’échanger nos impressions sur le vécu de la journée. Ce qui m’impressionne toujours le plus, c’est la rapidité avec laquelle les amitiés se nouent et les émotions se partagent. C’est probablement la raison pour laquelle mon métier est le plus beau du monde », explique joyeusement la guide touristique, chez qui on perçoit d’emblée la gentillesse à l’égard des autres, ainsi que d’autres qualités comme l’éloquence, la culture, le sens de l’organisation et la capacité à réagir rapidement. Il peut arriver en effet qu’un participant tombe malade et le guide doit agir rapidement en fonction de la situation, appeler une ambulance ou emmener la personne souffrante à l’hôpital le plus proche. Il est bon de savoir qu’un guide car-tours a toujours une équipe sur qui s’appuyer et qu’en cas d’urgence, le chauffeur et le guide local peuvent prendre le relais pour s’occuper du groupe.

Le carnaval pour bien commencer l’année
Son dernier voyage 2019 a conduit Christine Oberholzer sur la côte amalfitaine. Hors des sentiers battus, elle et son groupe ont apprécié les petits villages de la région, les rencontres animées avec les habitants, les merveilleux paysages côtiers et la savoureuse cuisine italienne. Christine avoue être fan de l’Italie et apprécie la joie de vivre de nos voisins du sud. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle ait choisi le carnaval de Venise pour commencer la nouvelle année.

Back To Top