skip to Main Content

Les Pouilles – au pays des trulli

Récit de voyage du 14 au 21 octobre 2020 | Bus no. 6

recommander / partager

Récit de notre guide:

Crestani-Greta-500x300

Greta Crestani

plusieurs informations

Comment tu es devenue une guide?

J’ai commencé á travailler comme guide en Italie quand j’allai á l’université. J’organisai les voyages pour les courses d école et pour les retraités aussi. Après j’ai travaillé poir un incoming tour operator en Italie. Quelque année plus tard, après le demenagement en Suisse, j’ai postulé pour Car Tours et… me voilà!

Quels sont les avantages d’un voyage de «car-tours»?

C’est tous bien organisé, tu dois seulement penser á t’amuser et á profiter bien. Et en plus les gens aiment bien connaître des amis pendant le voyage.

Raconte-nous d`une experience rigolo avec un groupe?

Une fois, on rentrait d’un voyage en Toscana et á Montreux toutlemond etait très fatigué et anxieux de rétourner á la maison. Sauf que on a trouvé un sacré bouchon sur la route. Alors avec le chauffeur on a mis la musique et on a organisé un karaoke. J’ai aussi servi un peu de vin comme apéro et á la fin toutlemond chantait comme á Sanremo. Même le chauffeur a fait deux ou troi morceau. Le bouchon est passé et on s’est même pas avisé….ça a été trop drôle.

Voyages-tu également pendant tes vacances? Si oui, où vas-tu?

Un peu partout, je vais souvent en Sicile mais aussi en plusieurs destinations en Europe et parfois des long voyages cet année j’ai été à Cuba. Voyager c’est toujous magnifique!

Réservez mainenant votre voyage!

 

Les Pouilles – au pays des trulli

8 jours de voyage dès Fr. 1169.-

date de voyage 29 mai 2021 – 5 juin 2021

Apulien top

Venise, la Sérénissime, est exceptionnelle! Née de la mer, tournée vers la mer, Venise a la faculté de provoquer l’étonnement, le ravissement. De son glorieux passé, elle a gardé de somptueux palais et vieilles demeures. Parcourue de nombreux ponts, le charme est à chaque coin de rue! car-tours.ch vous invite à la découvrir ou à la redécouvrir dans son bel habit de printemps. A des prix absolument imbattables!

Les Pouilles – au pays des trulli

Je ne l’espérais plus! Avec tous les problèmes du Covid et les dures répercussions sur le monde du tourisme je pensais que pour cet année ma valise était destinée à rester renfermé dans le débarras. Au contraire voilà ! On part pour les Pouilles. À la gratitude pour ce voyage tant désiré et inattendu s’ajoute la joie de pouvoir retourner vers le sud, dans l’une des plus anciennes et des plus belles régions d’Italie.

Dès les premières heures du voyage, je me rends compte que le groupe est animé, cohésif et très intéressé. À côté de moi, à la conduite il y a Yvo, un grand ami ainsi que d’un conducteur d’une grande sympathie et d’expérience. Nous traversons sept régions et après presque deux jours de voyage, nous arrivons enfin dans le talon de la Botte.

Celle que les latins appelaient APLUVIAM, le terre sans pluie, nous accueille, comme ironiquement, avec une averse fort mais rapide qui nettoie le ciel et nous donne, avec l’apéritif de bienvenue préparé par l’hôtel, un coucher de soleil spectaculaire. Avec cette belle image et étonnés par l’élégance de notre logement apulien ainsi que par sa position enviable avec nos pieds dans l’eau, nous sommes prêts à découvrir les mille visages des terres des Pouilles.

 

Expérience 1: Les saveurs de la Méditerranée.

Après un dédale de rues étroites, nous arrivons devant un bâtiment blanc blanc, entouré d’une immense étendue d’oliviers centenaires. C’est une MASSERIA résidence agricole typique des Pouilles. Au centre de la cour, le cœur battant de la maison, où toutes les activités quotidiennes ont eu lieu une fois, il y a une table mise en place pour la dégustation de l’huile d’olive extra vierge, le véritable trésor de la région. On trempe des morceaux de pain dans des soucoupes, puis on apprend à le goûter pur, on le tient en bouche quelques secondes et on l’avale pour sentir son acidité.

Avec l’aide d’Annamaria, notre guide local expert, nous découvrons tous les secrets de “l’or vert”, les techniques de production et de pressage, la conservation, les propriétés bénéfiques et toutes ses innombrables utilisations dans la cuisine méditerranéenne. C’est une expérience qui fait participer tous les sens.

Après la dégustation, le propriétaire nous accompagne à la salle à manger obtenue dans les locaux où il y avait autrefois des écuries. Le déjeuner est une émeute de couleurs, de parfums et de saveurs. Olives, tomates séchées au soleil et mises à l’huile, aubergines, courgettes, entrées frites de toutes sortes, “bruschetta” au pain maison et soupe aux légumes, le tout savamment combiné avec des vins locaux.

Nous apprenons également à connaitre les premiers plats : “Orecchiette e strascinati” pâte de semoule travaillée à la main par les expertes femmes à la maison. Nous sommes déconcertés par l’immense stock de charcuterie et de fromage de la région, la “burratina” et le “Cacio Cavallo”, qui porte son nom parce qu’il traînait autour du cou de l’âne ou du cheval pour le transport.

Les Pouilles sont l’art suprême de transformer des choses simples, les produits d’une terre fertile et généreuse en excellences gastronomiques.

 

Expérience 2: Les Pouilles des petits bourgs

Parmi les nombreuses villes visitées, Monopoli est certainement celle qui nous laisse le plus impressionné, non seulement parce qu’il est peu connu, architecturalement parfait et dans une belle position sur la mer, mais aussi pour l’immense vitalité et la joie que nous trouvons à notre arrivée.

Port principal du commerce de l’huile d’olive, florissant depuis l’Antiquité, médiéval dans son bourg, mais aussi espagnol, vénitien, amalfitain et absolument apulien, le village se présente en un dimanche après-midi lumineux, juste au moment où les Italiens sortent pour « le struscio » la promenade digestive et relaxante après les riches déjeuners en famille.

En marchant dans les ruelles étroites, avec le soleil derrière nous et les jeux ombragés qui sont créés entre les bâtiments à toit plat, nous sommes immergés dans une atmosphère grouillante. Nous nous arrêtons pour faire du shopping dans les petits magasins d’artisanat et de produits typiques et nous choisissons notre “style” parmi les nombreux cafés et bars pour les apéritifs sur la place principale ou parmi ceux dispersés le long de la promenade borde de mer. Nous avons également le temps pour jeter un coup d’œil à l’impressionnante cathédrale pleine d’œuvres d’art et richement décorée avec les marbres polychromes provenant de toute l’Europe et du Moyen-Orient.

La surprise est grande quand, en sortant sur le pittoresque port de pêcheurs, nous trouvons des musiciens et un vieux monsieur qui chante des chansons folkloriques en dialecte Bari faisant danser tout le monde présent. Et peu importe si nous avons tous un masque et si, à chaque coin de la rue, des volontaires de la protection civile nous prennent la température et nous font désinfecter les mains; pour un instant, devant ce rythme ancien, cette gaieté et cette joie de vivre, il nous semble que rien ne s’est jamais passé et que toute cette catastrophe qui a frappé le monde depuis des mois, ne nous touche pas.

 

Expérience 3: Sur les traces de Frédéric II de Souabe

Dès le premier jour de voyage, avant même notre arrivée dans les Pouilles, un nom sur les autres est grondé dans nos oreilles, une histoire sur toutes les histoires. Frédéric II de Souabe. Le “Stupor Mundi”, le grand empereur du Saint Empire romain, roi de Sicile, celui qui a changé le territoire des Pouilles et tout le sud de l’Italie. Nous en savons déjà beaucoup sur lui : il a fondé la première université publique, il a réglementé le pastoralisme et le commerce, il a donné vie aux Langues néolatines. Un homme cultivé, un souverain éclairé. Nous avons déjà visité certains de ses châteaux, mais nous sommes tous curieux et impatients de voir son travail le plus important. Son symbole, l’emblème de sa puissance : Castel del Monte. Et donc, après une visite matinale à la ville de Trani, nous nous dirigeons vers le château. Nous le voyons déjà à des kilomètres de là, majestueux, solitaire domine le paysage et la campagne autour, mais quand nous arrivons au grand parking pour les bus le château a disparu. « On sera au bon endroit » ? Les passagers me le demandent. “Comment se fait-il qu’il ait disparu dans nulle part” ? En fait, nous sommes maintenant au pied de la colline. Nous devons traverser une zone boisée, monter jusqu’à 540 m et peut-être que nous allons le trouver.

La navette nous emmène à travers une route très raide, puis nous fait descendre en face d’une boutique de souvenirs et d’un restaurant, mais du château toujours aucune trace. Nous devons marcher environ 200 m et ensuite nous retrouver devant lui dans toute sa grandeur. Nous sommes tous étonnés, étonnés, étonnés par la perfection dans les formes, octogone parfait avec des tours octogonales pour se souvenir de la couronne de l’empereur, et frappés par la couleur de la pierre calcaire.

Par l’escalier, nous atteignons le sommet de la colline, nous nous arrêtons pour des photos et pour admirer le panorama à 365° qu’on peut profiter de là-haut. La campagne, la mer, les étendues d’oliviers et les vignes “Nero di Troia”. La ville d’Andrie, la fidèle, la seule qui n’a jamais tourné le dos à l’empereur, si cher à Frédéric qu’il a voulu mettre en place la seule fenêtre décorée du château juste en face de la ville.

Entrer à Castel del Monte, c’est nous immerger dans une atmosphère de conte de fées. Le château s’émane de charme et de mystère et encore aujourd’hui, il est l’un des monuments les plus controversés de l’histoire. C’était une maison de chasse ? Ou une forteresse défensive ? Ou un observatoire astronomique ? Ou peut-être, comme des études récentes l’attestent d’une place pour les spas et les soins du corps dans le style des hammams des arabes ?

Nous ne le saurons jamais, mais en attendant, nous sommes enchantés d’admirer les détails, le portail en marbre et la brèche de corail, la grande cour, les chambres et les escaliers, les meubles précieux et les tours. Une heure ne suffit certainement pas pour révéler tous les secrets et satisfaire toutes nos curiosités, mais nous sommes vraiment heureux d’avoir vu une telle merveille et d’avoir appris tant de choses sur Federico qui semble maintenant presque comme l’un de la famille. Mais comme lui, nous devons quitter Castel Del Monte, nous avons beaucoup de choses à faire. Nous avons un long voyage pour retourner en Suisse, mais notre dernière visite était certainement la plus intéressante.

 

Pour Conclure

Je goûte mon café sur la belle terrasse de l’hôtel. C’est le dernier jour dans les Pouilles. Tu ne peux pas tout dire, ce ne serait même pas logique. Je voulais raconter les expériences les plus fortes, les plus grandes émotions sans rien enlever au reste du voyage si intense et fascinant. Je regarde la mer et je me prépare à dire au revoir à cette terre ancienne, si riche, si accueillante, aux multiples facettes, pleine de choses à apprendre, où la tradition paysanne se confond avec la haute histoire, qu’avec une capitale H. Où la mer, le ciel et les oliviers sont un regard unique qui embrasse tout. Je suis triste de partir. Et qui sait quand on peut y retourner…. Mais les Pouilles restent ici, nous attendent, malgré tout. Et ce n’est pas Adieu, juste au revoir.

 

Back To Top
Data protection
We, the Holiday Partner AG (Registered business address: Switzerland), would like to process personal information with external services. This is not necessary for the use of the website, but allows us to interact even more closely with them. If desired, please make a choice:
Data protection
Country flag FR
We, the Holiday Partner AG (Registered business address: Switzerland), would like to process personal information with external services. This is not necessary for the use of the website, but allows us to interact even more closely with them. If desired, please make a choice: