skip to Main Content

Istrie et île de Krk

Récit de voyage du 30 septembre au 4 octobre 2017 | Bus no. 1

recommander / partager

Récit de notre guide:

Vakkuri-Madeleine-1

Madeleine Vakkuri

Réservez mainenant votre voyage!

Istrie & île de Krk

5 jours de voyage dès Fr. 399.-

date de voyages en mars, avril, mai & octobre 2020

istrien-aktion-Malerisches-Rovijni

Une super offre à saisir immédiatement! Depuis notre super hôtel 4 étoiles du bord de mer, nous vous emmenons à la découverte des grands sites et des beautés naturelles de l’Istrie. Laissez-vous charmer par les ravissants paysages vallonnés, les saveurs gourmandes de l’arrière-pays et la magnifique côte alternant plages de rêve, baies romantiques et bourgades pittoresques.

Istrie et île de Krk

« Quand tu mets ton doigt dans l’eau de la mer, tu es en contact avec le monde…. » (Auteur inconnu)

De très bon matin, bien avant que le jour ne se lève, départ pour l’Istrie croate. Au sommet du col du Simplon nous retrouvons Stéphane, notre chauffeur qui va nous conduire, en toute sécurité et dans la bonne humeur, vers notre destination.

Il fait déjà nuit lorsque nous entrevoyons le golfe et la ville de Trieste et nous dirigeons vers la frontière italo-slovène. Finalement, le contrôle douanier croate passé, nous sommes en Istrie croate. Encore une bonne heure de route et l’hôtel Narcis**** se profile devant nous. La journée fut longue, mais déjà de nouvelles amitiés se sont créées au cours des arrêts café et repas et se forgeront tout au long du voyage. Avec notre fascinante guide locale Marija nous découvrirons, pendant trois jours, que l’Istrie et l’île de Krk dans la baie de Kvarner ce ne sont pas qu’un littoral de plages et d’îles, de jolies petites bourgades et des ports de plaisance. Ce sont aussi des terres fertiles rouges, grises ou blanches qui rappellent un peu la Toscane, avec ses oliviers, cyprès, vignes, figuiers et des villages perchés au sommet des collines.

Marija nous parlera avec émotion de l’histoire mouvementée de cette terre qui fut habitée, dans un lointain passé, par les Histres qui donneront leur nom à ce petit coin de paradis. Tour à tour la péninsule appartint à Rome qui en fit la Xe région romaine, aux Byzantins, aux Slaves et c’est sous l’influence vénitienne que seront construits de belles petites villes, des palais, des églises et de petites ruelles qui font penser à Venise. A la chute de la république de Venise, l’Istrie sera conquise par Napoléon avant d’être dominée par l’Empire austro-hongrois. Elle sera cédée, à l’Italie, après la 1ère guerre mondiale, puis occupée par les Allemands de 1943 à 1945 lorsque les partisans de Tito la libèreront. Elle sera intégrée à la République fédérale socialiste de Yougoslavie et après le référendum de l’indépendance de la Croatie en 1991, l’Istrie devient un des comtés de la République de Croatie mais eu la chance de rester à l’écart de la guerre civile.

Nous commençons la journée par la visite d’Opatija, petite ville de villégiature située sur la côte orientale de l’Istrie dans la baie de Kvarner, au pied du massif montagneux d’Ucka. Elle est surnommée la « Nice » de l’Adriatique et fut la destination de prédilection de la monarchie européenne qui venait profiter de la douceur de son climat. C’est le long des 12 km du « Lungomare » que se dressent les palais et hôtels de style viennois aux façades ornées de rosaces romanes de l’aristocratie austro-hongroise. Au centre d’Opatija, on peut encore admirer la villa Angiolina et son parc devenu, depuis 1844, les symboles de l’essor touristique d’Opatija, la petite église dédiée à St Jacques, la statue de la danseuse Isadora Duncan et l’hôtel Kvarner, construit à la demande de la Société des chemins de fer du sud à Vienne. Opatija fut à maintes reprises un refuge pour l’impératrice Sissi fuyant la cour de Vienne et aujourd’hui pour les touristes en mal de bain de soleil et de mer. L’après-midi, la vielle ville de Labin, construite sur les hauteurs, nous attend. Nous admirons la côte istrienne et la station balnéaire de Rabac où se trouvent le complexe hôtelier maslinica et notre hôtel. Ses petites ruelles, sa place, son église, ses palais baroques, ses ateliers d’artistes et ses boutiques en font un lieu idéal où se réfugier du brouhaha du bord de mer. Mais, aujourd’hui c’est dimanche et la fin de la saison touristique. La vielle ville semble endormie et les boutiques sont fermées. Tant pis, on ne dépensera rien à Labin. Quelques courageux décident d’user leurs semelles et descendent à pied jusqu’à l’hôtel, par un petit sentier caillouteux. Ils arriveront juste à l’heure pour l’apéritif !

Par une journée ensoleillée, nous nous rendons à la ville portuaire de Pula. Elle fut un centre administratif important à l’époque romaine et garde encore aujourd’hui pas moins d’une dizaine de monuments et vestiges de cette époque. Nous commençons la visite par l’amphithéâtre construit au 1er siècle. C’est le 6e plus grand amphithéâtre romain qui pouvait accueillir plus de 20’000 spectateurs. L’acoustique s’y prêtant bien, chaque année la ville y organise des concerts et des opéras.

Nous continuons notre visite en passant sous l’arc de triomphe et la rue commerçante de Sergius qui nous amène à la place principale, le forum à l’époque romaine, et au temple de l’empereur Auguste. Le temps de boire un capuccino à la terrasse d’un des nombreux cafés de la place et c’est le moment de reprendre la route en direction de Rovinj. Dès l’arrivée, le charme opère. Ce petit « St Tropez » istrien avec son port de pêcheurs et de plaisance, ses façades peintes en ocre et jaune, ses ruelles baignées d’ombre et de lumière, son campanile haut de 63m, semble être une réplique de celui de la place St Marc à Venise, lui donne des airs de « dolce farniente ». La gastronomie locale et les gelatti n’ont rien à envier à sa voisine de l’autre côté de l’Adriatique. C’est donc la panse bien remplie que nous entreprenons l’ascension qui nous amènera jusqu’à la place de la cathédrale Ste Euphémie, la patronne de la ville. En descendant, nous admirons la côte et les îlots qui sont devenus un patrimoine protégé. En route vers Rabac et notre hôtel, nous traversons les terres rouges et blanches de l’intérieur du pays, des collines et des ravins.

C’est un matin gris, mais sans pluie. Aujourd’hui nous nous rendons jusqu’à l’île de Krk, la plus grande île de la mer Adriatique, située dans la baie de Kvarner. Depuis 1980, elle est reliée à la côte par un pont de deux arches de 1,430 km de long. En route pour la capitale du même nom, nous traversons des plaines désertiques, des vallons peuplés de moutons et d’un coup apparaissent des vignes et des oliviers. La vieille ville de Krk, est entourée d’une muraille, de portes médiévales et d’une forteresse Kastel datant du 13e s, l’époque des comtes Frankopan, et de sa cathédrale qui domine la ville. Marija nous avait mis l’eau à la bouche en parlant des fameux agneaux de prés salés de l’île… Malheureusement, ce n’était pas la saison. Il faudra revenir à Pâques! Le village de Vrbnik se trouve enclavée dans les vignes. Il parait endormi, délaissé de la masse de touristes qui envahissent la côte l’été. Les petites rues pentues et la ruelle la plus étroite au monde ainsi que les maisons d’un charme d’antan ne laissent personne indifférent. Nous sommes aussi à Vrbnik pour déguster les vins de la région, le fromage et jambon séché du pays. Le vin blanc produit à partir du cépage zlahtina, qui signifie noble en langue slave, est sec et fruité mais la malvoisie d’Istrie (Istarska Malvazija) reste le vin blanc préféré des hôtes car tours qui n’apprécient guère le petit rouge doux.

Notre périple en Istrie et sur l’île de Krk touche à sa fin. Ce fut une belle découverte ou redécouverte pour nos hôtes. Cette exquise péninsule c’est comme un petit bout d’Italie en Croatie…. Dolce vita, café, gelati, pizza, pasta, fruits de mer et poissons frais, sans oublier l’huile d’olive d’Istrie qui était déjà appréciée à Rome à l’époque romaine. Mais, l’Istrie possède aussi une âme slave, une personnalité que continue de sauvegarder un peuple fier de ses racines et de son patrimoine. De retour chez vous, vous ouvrirez une bouteille de vin et penserez certainement à ce jeune pays, la Croatie et tout particulièrement à sa presqu’île, l’Istrie.

Je remercie les 49 participants et notre chauffeur Stéphane qui ont su mettre de l’entrain tout au long du voyage.

Hvala i do skorog videnja ! (merci et à bientôt !)

Madeleine

Back To Top