skip to Main Content

Printemps en Corse

Récit de voyage du 18 au 25 avril 2018 | Bus no. 3

recommander / partager

Récit de notre guide:

Arn-Laesser_Christiane_DSC_1578

Christiane Arn-Laesser

plusieurs informations

accompagnatrice de voyages?

J’ai déjà travaillé dans le tourisme durant les années 80. Suite à mon mariage et la naissance d’un bébé, je me suis sédentarisée et j’ai travaillé dans un bureau. Maintenant le bébé est grand et j’ai de nouveau le temps ET LA CHANCE, d’exercer le plus beau métier du monde.

Qu`est-ce qui te plaît particulierement dans ce metier?

Le contact avec les gens ! L’organisation, les situations imprévues et parfois cocasses…
L’improvisation de dernière minute représente un challenge qui me plaît énormément. Sans les imprévus, un voyage serait un peu monotone, non ?

Qu`est-ce que tu caracterise en tant que guide?

L’optimisme et l’enthousiasme que je peux transmettre à mes passagers.

Quels sont les avantages vois- tu dans un voyage en groupe?

Beaucoup d’avantages : Les gens voyagent l’esprit libre : tout est organisé, ils sont encadrés. Ils peuvent profiter des paysages durant le trajet plutôt que de se concentrer sur la conduite de leur propre voiture. Ils ne perdent pas de temps à chercher leur chemin, à acheter des billets, etc ET, généralement, il règne une bonne ambiance dans le groupe. Beaucoup de personnes se font de nouveaux amis durant ces voyages.

Qu`est-ce qui te plait le mieux dans tes tâches chez car-tours?

Beaucoup d’autonomie sans toutefois nous sentir isolés ou délaissés! Même à l’autre bout du monde, nous savons que nous pouvons compter sur le support de Car-Tours, 24h/24h en cas de problème. Nous disposons de toutes les informations nécessaires et utiles et les voyages sont très bien organisés. Et…. Nous pouvons proposer les destinations que nous souhaitons accompagner. Nos choix sont très souvent respectés.

Qui est ton héro dans le domaine des voyages?

Jacques-Yves Cousteau

Un evenement comique lors d`un voyage en groupe?

Récemment, en rentrant de Prague, après une pause-café, le bus est reparti. Soudain, il y a eu des cris d’hystérie, des passagères ont grimpé sur leurs sièges et une dame s’est enfermée dans les toilettes. Une attaque terroriste ? NON : une petite souris de 5 cm a embarqué à bord du car durant la pause-café. Le chauffeur s’est finalement arrêté sur un parking et nous avons débarqué la passagère clandestine.

Quel etait le plus beau compliment que tu as recu de la part d`un client?

Lors d’un voyage à Dresde, un groupe de clients m’a demandé à quelle heure je comptais me réveiller le lendemain matin. Et, le lendemain matin, 10 minutes après le réveil, le room-service a frappé à ma porte pour m’apporter le breakfast (complet) avec un petit mot de la part de ces clients : « reposez-vous encore un petit moment, vous le méritez »

Quelle a été ta plus belle experience avec Car-Tours?

Le soleil de minuit au Cap Nord, sans le moindre nuage

Quelle est ta dévise?

Rester chez soi c’est exister, voyager c’est vivre !

Quelle citation en rapport avec les voyages t`inspire?

« Un jour, vous serez plus déçu par ces choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors larguez les amarres. Mettez les voiles et sortez du port sécurisant. Explorez ! Rêvez ! Découvrez ! » (Mark Twain)

Réservez mainenant votre voyage!

Automne doré en Corse

8 jours de voyage dès Fr. 1699.-

date de voyages du 26 octobre au 2 novembre 2020

Korsika 800x500

Paradis des randonneurs, la Corse offre une multitude de nouvelles perspectives et de panoramas d’une rare beauté: petits villages de montagne, côtes sauvages, baies isolées, mer turquoise et denses forêts de châtaigniers. La Corse, «une montagne dans la mer», concentre toutes les zones climatiques d’Europe. En automne, elle exprime aussi le meilleur d’elle-même – plus que jamais sauvage et déserte, loin des foules estivales, parfaite pour les randonneurs et les amoureux de la nature!

Printemps en Corse

L’hiver 2017/2018 fut long, très long. Et froid, très froid ! Le printemps ne se décidait pas à montrer le bout de son nez.

Mais soudain, il est là, dans toute sa splendeur : Nous arrivons en ce 26 avril sur une île qui mérite si bien son nom : L’Île de Beauté » et au fil des jours nous sommes tous d’accord que cette appellation n’est pas exagérée : c’est une île de rêve ! Un coin de paradis dans la Méditerranée. A 07.00 notre Ferry accoste à Bastia où nous sommes accueillis par le soleil et notre guide Gérard. Tous les 2 sont rayonnants. Et c’est parti pour un tour de Corse d’une semaine ! Pour commencer, nous nous rendons à Saint-Florent (le Saint-Tropez Corse) avant « d’attaquer » le majestueux Cap Corse. Nous sommes tout simplement fascinés par ces paysages grandioses. Notre sympathique chauffeur, Peter, a beau avoir de longues années d’expérience, il reste tout de même très prudent. A chaque virage (et ils sont nombreux) un nouveau panorama, époustouflant de beauté s’offre à nous : d’un côté de la route la montagne, de l’autre côté les versants abrupts qui plongent dans la mer…. Et les couleurs se mêlent les unes aux autres : ciel bleu, mer turquoise ou émeraude, massif de schistes verts, bleus ou gris, mimosas et autres fleurs jaunes, roses, blanches, bleues…. Un festival de couleurs.

A midi nous faisons une pause dans un petit village et déjeunons, les pieds dans l’eau ! Ambiance vacances garantie. Nous continuons ensuite notre route pour arriver, en fin d’après-midi, à Bastia, la capitale de la Haute Corse. Aussitôt, les premiers achats de spécialités locales sont effectués ! Et ce n’est que le début ! Nous arrivons en début de soirée dans un charmant hôtel en bord de mer où nous savourons un apéro au bord de la piscine puis un bon repas avant de plonger dans les bras de Morphée. Il est vrai que la journée fut intensive et le lendemain, nous avons un autre beau programme.

Direction le sud ! La plaine de l’Orient puis le massif de l’Alta Rocca et les aiguilles de Bavella (1218 mètres). A chaque pause, j’ai du mal à inciter les passagers à monter dans le car, tant ils sont occupés à prendre des photos. Mais finalement nous atteignons notre 2ème escale : Porto Vecchio où nous passons la soirée dans un bel hôtel situé à proximité de la Marina et du centre de cette charmante ville. En l’espace de 48 heures tous les passagers du car ont fait connaissance et sympathisé et profitent d’un moment convivial au bar autour de la piscine avant de passer à table.

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas : chaque jour, de nouveaux paysages s’offrent à nous. Aujourd’hui, nous découvrons l’extrémité sud de l’île, avec l’impressionnante citadelle médiévale Bonifacio, située sur une falaise de calcaire blanc. Nous embarquons à bord du « Corsaire », pour admirer cette ville depuis la mer. Ensuite, un petit train panoramique nous conduit vers la citadelle. Nous sillonnons les ruelles de la ville, accompagnés par les commentaires de notre guide local. A midi nous avons le choix : manger en haut ou sur le port de plaisance, au bord de l’eau, chacun selon son envie. Mais tout le monde a hâte de goûter LA spécialité : les fameuses aubergines à la Bonifacienne (une tuerie !!!)

Encore un peu de route le long du littoral sud et nous arrivons à Ajaccio. Nous ignorons encore ce que nous réserve le lendemain : certainement l’apogée de ce tour de Corse : LE CALANCHE (prononcer : « les calanques »). Et là, ça devient « sport »… surtout pour notre Chauffeur Peter ! Il est de nature calme et n’aime pas klaxonner. Mais très vite, il suit les recommandations de notre Guide et s’exerce à l’art du klaxon avant d’entamer le prochain virage ! Quelques passagers poussent des cris d’effroi, tant la route est étroite, les virages exigus, la pente abrupte. Mais Peter gère tout ce

trajet avec maestria et brio et nous arrivons sains et saufs dans la petite station balnéaire de Porto. Là aussi, nous avons la chance de pouvoir faire une balade en bateau pour admirer les Calanche depuis la mer ! Combien de photos avons-nous prises depuis ce matin ? Sans doute des centaines, tant les paysages sont féériques.

Mais la séquence émotion n’est pas terminée…. Après notre lunch, nous poursuivons notre route à travers le Niolo avec ses châtaigniers, hêtres, bouleaux et franchissons le col de Vergio (1477 mètres quand même). De loin, nous apercevons les cimes enneigées du Cinto, le point culminant de l’île. Finalement nous arrivons à Calvi où nous séjournons dans un ravissant hôtel : toutes les chambres donnent sur la baie et la citadelle de Calvi et nous ne sommes qu’à 5 minutes à pied du centre. Tant mieux, car le lendemain – après une jolie visite de la citadelle – nous avons quartier libre. Chacun peut vaquer selon ses envies : certains profitent de cette journée pour lézarder au bord de la piscine (et récoltent un joli coup de soleil), d’autre flânent sur les terrasses de la Marina et d’autres encore se débarrassent de leurs derniers Euros en achetant des souvenirs ou des produits locaux : charcuterie, fromage de chèvre ou brebis, liqueur de myrte, vin, confitures, pâtisseries à base de farine de châtaigne, etc. Le choix est vaste! Pour clore cette dernière soirée sur l’île, certains participants se rendent à la cathédrale de Calvi pour assister à un concert de chants polyphoniques… a capella !

Et ce voyage de rêve touche à sa fin : nous passons par l’Île Rousse avant de traverser la Balagne (avec ses cochons sauvages, les porcs corses dont le destin consiste à se transformer en Lonzu, Figatellu, Prisuttu et autres délicatesses régionales) et réputée surtout et aussi pour ses oliviers. Puis le Désert des Agriates (une région très fertile, contrairement à ce que son nom ne pourrait suggérer) avant d’arriver à Bastia. Et c’est ici que la boucle est bouclée ! En 8 jours nous avons fait le tour de la Corse, cette île qui est en fait une montagne dans la Méditerranée.

Petit pincement au coeur lorsque nous embarquons sur notre Ferry. Nous chargeons nos sacs de victuailles dans la soute du car : fromage odorant, charcuteries diverses…. Ça va sentir bon dans le car demain !!! Mais qu’importe : pour l’instant, nous profitons encore de cette traversée pour passer un dernier moment convivial à bord avant de débarquer à Toulon aux aurores.

Les meilleures choses ayant une fin, je dédie ce reportage à :

l’ensemble des passagers du CAR 3 (qui n’oublieront pas la maison d’Evelyne Leclerc, ni l’oncle de Gérard qui grille les feux-rouges, ni Pascal Paoli, ni même les MELOCO…. Ça, ça reste un secret entre les participants de ce voyage et moi). Merci pour votre bonne humeur et votre bon humour.

Gérard et Helena, nos guides locaux si érudits et intéressants.

notre conducteur, Peter, qui a sûrement eu quelques sueurs froides sur les étroites routes escarpées, dans les virages au-dessus des ravins mais qui a tout géré d’une main de maître.

vous autres, tous les futurs clients qui, par le biais de ce récit, avez envie de découvrir à votre tour ce joyau (ATTENTION : un seul voyage en Corse par an, alors réservez vite !!!)

Au plaisir de vous voir ou revoir sur un prochain voyage, vers d’autres horizons

Christiane

Back To Top