skip to Main Content

Dans le respect de l’environnement

Se déplacer en car, c’est non seulement une très belle et agréable façon de voyager, mais c’est aussi un choix judicieux d’un point de vue écologique.

On a beaucoup parlé de Greta Thunberg ces derniers temps. La jeune Suédoise est en effet devenue le symbole de la lutte contre le réchauffement climatique et sa mobilisation bouscule et inspire les foules du monde entier. Son activisme a mis la problématique du climat au cœur de l’actualité, dans un élan sans précédent. On parle désormais de la « honte de voler », un concept tendance qui révèle notre mauvaise conscience de prendre l’avion. L’époque est aux grèves en faveur du climat et aux groupes radicaux qui n’hésitent plus à commettre des actes militants parfois controversés.

La mobilité – qui inclut bien sûr les voyages de loisirs – a de lourdes conséquences sur l’environnement. Mais il y a évidemment des différences entre les modes de transport, ce qui rend les comparaisons compliquées. Pour que de telles comparaisons soient pertinentes, il y a d’autres paramètres à prendre en compte que la simple mesure de ce qui sort du tuyau d’échappement. Prenons l’exemple des véhicules électriques: si leurs émissions nocives sont faibles, la fabrication et l’élimination des batteries nécessaires à leur fonctionnement pèsent lourd dans le bilan environnemental.

« Lorsque nous comparons l’écobilan des différents moyens de transport, nous tenons compte des émissions de gaz à effet de serre et de l’impact environnemental global », explique Georg Klingler, expert climatique chez Greenpeace Suisse. Le système de mesure dit « méthode des unités de charge écologique » (UBP) a été développé en Suisse et est également utilisé par l’Office fédéral de l’environnement. Il tient compte, pour un objet considéré, de la consommation de matières premières ainsi que des différentes émissions sur l’ensemble du parcours de vie, c’est-à-dire de l’extraction des matières premières, de la fabrication et de l’utilisation, jusqu’à l’élimination.

 

Le car de tourisme bien plus efficace que l’avion

Pour les voyages en Europe, l’autocar affiche un écobilan nettement meilleur que l’avion. « Avec un facteur de charge moyen, l’avion émet environ quatre fois plus de gaz à effet de serre par passager-kilomètre et son impact environnemental global est environ trois fois plus élevé que celui de l’autocar », explique Georg Klingler. « Cela sans même tenir compte du fait que les gaz à effet de serre émis par l’avion le sont en altitude, où les effets sont encore pires qu’au sol ». Il se réfère pour cela à une étude de treeze, jeune entreprise basée à Uster spécialisée dans l’établissement et la vérification d’écobilans. Pour voyager en Europe, l’autocar est donc, d’un point de vue écologique, nettement plus efficace que l’avion.

Là où la comparaison s’avère très intéressante, c’est pour les transports terrestres – train, car ou voiture. « Dans cette situation, le car de tourisme l’emporte, se montrant nettement plus performant que la voiture », explique Klingler. Avec un facteur de charge moyen, les émissions par passager-kilomètre produites par une voiture sont environ trois fois supérieures à celles d’un car.

Quiconque souhaite effectuer la comparaison peut le faire sur le site internet mobitool.ch, à l’aide d’un calculateur facile d’utilisation. Si l’on compare un car longue distance rempli à 85% de sa capacité avec une voiture cinq places à deux occupants, on constate qu’avec un litre de diesel, une personne peut parcourir environ 92 kilomètres en car, contre 12 en voiture.

 

A l’étranger, le car peut rivaliser avec le train

En termes d’écobilan, le car est en concurrence avec le train. De nombreuses comparaisons montrent que ce dernier s’en sort mieux que le transport routier. Mais d’autres statistiques affichent des résultats contraires. Selon une étude publiée par l’Agence fédérale allemande pour l’environnement, qui prend en compte toutes les émissions polluantes et pas seulement les émissions de Co2, sur l’ensemble du cycle allant de la production à l’élimination en passant par l’exploitation et les infrastructures nécessaires, les déplacements en car sont même plus écologiques que ceux en train. Klingler confirme que le type de train et la composition du mix électrique nécessaire à son fonctionnement jouent aussi un rôle. « Les chemins de fer suisses sont environ 5 à 8 fois plus respectueux de l’environnement que l’autocar, et en termes d’impact environnemental global, environ deux fois plus performants. Pour un ICE ou tout autre train longue distance en Europe, le mix électrique comprend généralement aussi de l’énergie provenant de centrales électriques à charbon, ce qui signifie qu’en termes d’impact climatique et environnemental, les cars et les trains longue distance présentent des performances identiques.

 

Chez Zerzuben Touristik, on demande le directeur, Marco Zerzuben

M. Zerzuben, les cars Zerzuben sont conformes à la norme antipollution
Euro 6. Qu’est-ce que cela signifie?

La toute nouvelle génération de moteurs des cars Setra nous a permis de réduire considérablement nos émissions de particules et d’oxydes d’azote, ceci grâce à une combustion très efficace permettant une utilisation optimale du carburant. Les moteurs dits « BluEfficiency » font plus que répondre à la norme Euro 6 et consomment moins.

Pourquoi Zerzuben a-t-il opté pour la dernière génération de cars?

Notre entreprise a toujours privilégié une approche durable et respectueuse de l’environnement. Depuis des années, nous investissons beaucoup dans le renouvellement de notre parc automobile, de façon, aussi, à envoyer un signal positif au niveau suisse. A titre privé, nous passons beaucoup de temps au cœur des montagnes valaisannes et avons parfaitement conscience de la valeur de notre précieuse nature – que nous souhaitons préserver pour nos enfants.

Zerzuben prend-il d’autres mesures en faveur de l’environnement?

Nos chauffeurs ont suivi les cours de conduite environnementale Mercedes, ce dont nous sommes fiers. Il s’agit d’adopter un mode de conduite permettant de ménager les ressources et réduire les émissions polluantes. Chacun a beaucoup appris de cette formation.

Back To Top